En quelques lignes…


Annie Ebrel Chant, compositions

 

 

Née en Centre Bretagne au sein d’une famille où on parle breton au naturel, entourée de la tradition du kan ha diskan – le chant à répondre pour la danse –, Annie Ebrel se met à chanter dès 1983. Très vite remarquée par son timbre unique et sa maîtrise de la langue populaire, elle anime émissions de radio et de télévision en langue bretonne ainsi que des formations à la langue et au chant en breton, dernière activité qu’elle poursuit toujours très régulièrement.

Sa participation, en 1989, au disque Les sources du Barzaz Breiz aujourd’hui est la première pierre d’une carrière riche en expériences musicales.

Dès 1991, elle crée le groupe Dibenn, dans lequel elle expérimente différentes facettes du chant breton.

En 1993 sort son premier album a capella ‘Tre ho ti ha ma hini.

C’est la collaboration avec le contrebassiste de jazz Riccardo Del Fra et l’enregistrement de Voulouz Loar en 1998 qui va marquer un tournant dans son parcours. Ce cheminement vers le jazz et les musiques contemporaines va l’amener à travailler, entre autres, avec Jacques Pellen : la Celtic Procession ou Ar rannoù avec le quartet One Shot, d’enregistrer l’album Roudennoù avec Olivier Ker Ourio, Bijan Chemirani et Pierrick Hardy, et D’une mer à l’autre avec la Compagnie marseillaise Rassegna.

Annie Ebrel n’oublie jamais de revenir à la tradition du chant a capella, que ce soit en solo, en duo avec Anne Auffret, en trio avec Nolùen Le Buhé et Marthe Vassallo avec lesquelles elle enregistre les albums Teir (2013) et Paotred (2018), ou avec Lors Jouin avec qui elle réalise en 2012 le concert et le disque Tost ha Pell.

En 2014, elle aborde en compagnie du guitariste Kevin Seddiki le théâtre musical avec Le chant des soupirs (mise en scène de Pierre Guillois) à partir de ses souvenirs d’enfance et de jeunesse.

En 2016, Erwan Hamon, Janick Martin et l’Orchestre Symphonique de Bretagne l’invitent pour l’escapade d’un Fest-noz symphonique.

 


error: Contenu Protégé